La Bèla-Maire del Diable.

, par Claude Vertut

La Bèla-Maire del Diable.
(Revirada per lo Claudi de Vertut)

Un còp èra una vièlha femna plan laida e subrenonmada la Murguo. Era pus rufada qu’un becudel. Cadun crénhava sa maliça. Aviá una

La Bèla-Maire del Diable.
(Revirada per lo Claudi de Vertut) Aluta 43

Un còp èra una vièlha femna plan laida e subrenonmada la Murga. Era pus rufada qu’un becudèl. Cadun crénhava sa maliça. Aviá una filha Isabèla, polida creatura tranquilla mas paresosa que sabiá que rire e dançar quand dormissiá pas. Un jorn la Murga prometèt de balhar sa filha al primièr vengut. Un jovenèl se presentèt plan polit que acompanhava Isabèla al bal, a la passejada e jamai a la messa.
Lo sèr del maridatge la Murga diguèt a Isabèla :
- Es arribat un marit, as pensat qu’amb aquelses ausels volatges, es bon de coneisser un biais de los rendre fidèls espòs. Aquel biais lo t’indicarai se juras de m’escotar. Isabèla jurèt.
Prend aquel topinon emplinat d’aiga benezida e aquel ramèl de bois del rampalm. Quand ton nòvi dintrara te daisarái sola amb el, òr l’encantament pòira venir qu’a aquela sola condicion. Clava plan solidament la pòrta e la fenestra tanben e sans l’avertir aspergisses lo d’aiga benezida. Mai n’escamparàs, melhor serà l’encantament, seras plan segura d’aver alunhat per totjorn lo diable de ton maridatge.
Obesisenta e ne fasen mai que si cal pel primièr còp de sa vida, Isabèla faguèt tot çò que li aviá ordonat sa maire al primièr glop d’aiga que getèt sul marit se botèt a cridar coma una bruta e a galopar al torn de la cramba, cercant pertot una sortida per s’escapar. Isabèla espaventada daissèt cáire lo topinon ; alèra aquò foguèt plan pièger, lo diable perçò que era el se botèt a far dels sauts prodigioses. Vegèt lo trauc de la clavatièra e coma li a pas una pichona obertura endont lo malin poguèsse pas s’engulhar. S’engagèt donca dins aquèla.
Defòra la Murga velhaba. Apliquèt sus la clavatièra la pichona marmita endont cada matin cosián los quinze becudels de son dejunar ; e lo diable que cresiá sautar per la carrièra sautèt dins lo pichon topin. La vièlha li daissèt pas lo temps de se remetre de sa suspresa, pausèt l’acaptador sus l’ola, ficelèt lo tot solidament. Lo diable èra prisonièr. Li demorèt detz ans.
Un jorn lo nebot de la la Murga tornèt al pais.
- Garda-me mon ostal li diguèt un matin. M’en vau anar veire cossi ma nècia de filha governa son ostal. Tornarái dins una ora.
À pèna la pòrta passada lo nebot ausiguèt una votz estofada :
- duerb-me
- Qual es ? Endont es ?
- Soi lo diable e lòtji dins la pichona marmita que se trèoba dins lo placàrd.
- Se te delàrgui que farás per ieu ?
- Tot çò que voldrás.
Lo nebot copèt la ficèla e lo diable, rafit coma una poma sortiguèt tanlèu. Se brandiguèt, se coflèt e sautèt cap a la pòrta. Lo nebot ajèt pas que lo temps de se cramponar a la coa.
- Delarga-me diguèt lo diable
- Paga-me en primièr !
- Siá, mas sortèm d’aici ; ai besonh d’aire e cranhi de tornar veire aquela execrabla vièlha.
Partiguèron lo diable anent davant, a grandas encambadas, lo nebot seguiá, cramponat a la coa e se fasent tirar quand l’autre anava tròp viste.
- End’anèm a aquèl trin ? Damandèt lo nebot.
- En infèrn ! Me pòdes daissar, es enquèra temps !
- Te daissar ? E ma recompença...
- L’auràs en infèrn.
Amb son cotel trenquèt net la coa del diable que l’implorèt de la li tornar.
- La te tornarái contra detz mil escuts.
- Jamai ! Diguèt Lo diable furios.
- Alèra juri per Sant Amador de portar aquesta coa a la Murga que la botarà dins l’òli coma del fromatge de conserva e la farà veire a qual voldrà.
- Prononciá jamai lo nom d’aquela vièlha sorcièra.
- Accepta donc çò que te prepausi.
Lo diable sosquèt un moment pèi donèt los detz mil escuts e lo nebot li tornèt la coa,
Arribat en infèrn lo diable èra occupat a tornar pegar sa coa amb un enguent de sa composicion quora tot d’un còp tustèron :
- Durbetz, durbetz mon gendre cridava la Murga en tustant furiòsament. Durbetz, aquò’s vòstra bèla-maire. Soi mòrta dempèi aqueste matin de colèra. Durbetz viste mon gendre.
Lo diable sautèt pel l’aire en ausiguent aquela votz tròp coneguda.
- Malediccion ! Qu’aquela furia dintre pas aici. Soi enquèra malaut de l’aver endurada detz ans. Caça-la, que anguès se far rostir endacòm mai.
S’ausissià un grand bruch de pòrtas que petavan, de sarrolhs : l’infèrn era clavat. Fièr d’inspirar tant de terror al diable s’enfugiguèt al purgatòri end demòra enquèra uèi.

Les Contes populaires du Quercy extrait aluta 44

La belle-mère du Diable a>

Il y avait une fois, une vieille femme très laide surnommée lit Murguo, Elle était plus ridée qu’un pois-chiche. Chacun redoutait sa malice. Elle avait une fille Isabelle, jolie créature paisible mais paresseuse qui ne savait que rire et danser quand elle ne dormait pas. Un jour, la Murgue promit de donner sa fille au premier venu. Un jeune-homme se présenta fort beau qui accompagnait Isabelle au bal, à la promenade et jamais à la messe,
Le soir du mariage, la Murgue dit à Isabelle :
• Il est arrivé un mari. As-tu pensé que ces oiseaux-là sont volages et qu’il est bon de connaître un moyen de les rendre fidèles époux ? Ce moyen je te l’indiquerai si tu me jures de m’obéir.
Isabelle jura.
- Prends ce petit pot rempli d’eau bénite et ce brin de buis des rameaux. Quand ton fiancé rentrera, je te laisserai seule avec lui, or le charme ne peut réussir qu’à cette seule condition. Ferme bien solidement la porte à clef et la fenêtre aussi et sans le prevenir asperge-le d’eau bénite Plus tu en jetteras, meilleur sera le charme. Tu sera bien sûre d’avoir éloigné pour toujours le malin de ton mariage.
Obéissante et zélée pour la première fois de la vio, Isabelle fit tout ce que lui avait ordonné sa mère.
A la première goutte d’eau qu’elle je tu le mari de mit a crier comme une brute et à courir amour de ia chambre, cherchant partout une issue pour s’échapper. Isabelle épouvaniée laIssa choir le pot ; alors ce fut bien pire, le diable car c’élail lui se mit à faire des bonds prodigieux. Il perçut le trou de la serrure et comme i ! n’est une petite ouverture où le malin ne puisse se faufiler, Il s’engagea dans celle-ci.
Dehors, la Murgue veillait. Elle appliqua sur la serrure la petite marmite où chaque matin cuisaient les quinze pais chiches de son déjeuner ; et le diable, qui croyait sauter dans la rue, sauta dans le petit pot, La vieille ne lui laissa pas le temps de se remettre de sa surprise, elle posa le couverdie sur la marmite et ficela le tout solidement. Le diable était prisonnier. Il y resta dix années.
Un jour, le neveu de la Murgue revint au pays.
- Garde ma maison, lui dit-elle un matin, je vais aller voir comment ma sotte de fille gouverne son ménage. Je reviendrai dans une heure.
A peine avait-elle franchi le seuil que le neveu entendit une voix étouffée :
—  Ouvre-moi.
—  Qui es-tu ? Où es-tu ?
- Je suis le diable et je loge dans la petite marmite enfermée dans le placard
- Si je te délivre que feras-tu pour moi ?
- Tout ce que tu voudras.
Le neveu coupa la ficelle et le diable, flétri comme une pomme, sortit aussitôt . Il se secoua, se gonfla et bondit vers la porte. Le neveu n’eut que le temps de se cramponner à la queue.
- Lâche-moi, dit le diable.
- Paye-moi d’abord !
- Soit, mais sortons d’ici ; j’ai besoin d’air et je crains de revoir cette exécrable vieille...
Ils partirent, le diable allant davant à grandes enjambées, le neveu le suivait, cramponné il la queue et se faisant un peu tirer quand l’autre allait trop vite.
- Où allons-nous à ce train ? demanda le neveu.
- En enfer ! mais tu peux me lâcher, il en est temps encore !
- Te lâcher ? et ma récompense...
- Tu l’auras en enfer.
Avec son couteau, il trancha net la queue du diable qui l’implora de | lui rendre :
- Je te la rendrai contre dix mille écus.
- Jamais ! dit le diable furieux.
- Alors je jure par Saint Amadou de porter cette queue à la Murgue qui la mettra dans l’huile comme un fromage de conserve et la montrera ensuite à qui voudra la voir.
- Ne prononce jamais le nom de cette vieille sorcière.
- Accepte donc ce que je te propose.
Le diable réfléchit un instant puis donna les dix mille écus et le neveu lui rendit la queue.
Arrivé en enfer, le diable était occupé à recoller sa queue avec un onguent de sa composition quand soudain on frappa :
- Ouvrez, ouvrez mon gendre, criait la Murgue en frappant furieusement. Ouvrez, c’est votre belle-mêre. Je suis morte depuis ce matin de colère. Ouvrez vite, mon gendre.
Le Diable sauta en l’air en entendant cette voix trop connue.
- Malédiction I c’est ma belle-mère ; que cette mégère n’entre pas ici. Je suis encore malade de l’avoir subie dix années. Chassez-là ! Qu’elle aille se faire rôtir ailleurs.
On entendait un grand bruit de portes claquées, de verrous : l’enfer était clos. Fière d’inspirer tant de terreur au diable, elle s’en fut, toute guillerette au purgatoire où elle est encore aujourd’hui.

Jean MOULINIER

il) Conte recueilli au mas de Ganiole. aux Arques par Cazals.