L’Esquiròl e lo Mercant de noses.

, par Claude Vertut

L’Esquiròl e lo Mercant de noses.
- [ ] (Revirada del Claudi de Vertut d’aprèp un conte reculhit al Mas de Chauvet a Espedalhat pel Joan de Molinièr, révisât Aluta)

Un mercant deviá anar crompar de noses del costat de Quissac. Damandèt a sus parents e amics se volián cualquès sovenirs .
Anava s’encaminar quand son esquiròl li cridèt :
« Bon viatge » Lo mercant s’aprochèt de la gàbia de l’esquiròl e li diguèt :
- Grand mercès, mon amic, anavi oblidar de te far mos adius. Del moment que vau vèire ton pais natal, pòdis t’en rapportar quicòn que te fariá plaser ?
- désiri pas rès del tot respondit l’animal. Mas se aperseguetz cualques uns de mos camaradas din lo bòsc volguèssetz lor dire que los oblidis pas e que lor mandi mos sincèrs compliments, e que ma pus

L’Esquiròl e lo Mercant de noses.
- [ ] (Revirada del Claudi de Vertut d’aprèp un conte reculhit al Mas de Chauvet a Espedalhat pel Joan de Molinièr, révisât Aluta)

Un mercant deviá anar crompar de noses del costat de Quissac. Damandèt a sus parents e amics se volián cualquès sovenirs .
Anava s’encaminar quand son esquiròl li cridèt :
« Bon viatge » Lo mercant s’aprochèt de la gàbia de l’esquiròl e li diguèt :
- Grand mercès, mon amic, anavi oblidar de te far mos adius. Del moment que vau vèire ton pais natal, pòdis t’en rapportar quicòn que te fariá plaser ?
- désiri pas rès del tot respondit l’animal. Mas se aperseguetz cualques uns de mos camaradas din lo bòsc volguèssetz lor dire que los oblidis pas e que lor mandi mos sincèrs compliments, e que ma pus granda fortuna seriá d’anar los vèire, se l’un d’elsès m’indicava lo moyen de sortir de ma gàbia !
Lo mercant se botèt à rire tapàtjosament e prometèt de faire la comission. Arrivàt a Quissac, se trachèt activament de sus affars e los menèt amb son abilitat costumièra, per son pus bèl profit. Era sul camin del retour.quand traversant un bòsc, vejèt un esquiròl, se sovenguèt de çò qu’aviá promet al sèu e s’arestèt per li transmetre lo mesatge.
Coma acavava de parlar un dels animale tombèrent de l’autre è deorèt allongàt sul sòl los elhs clavats. « Paura bestia » sonjèt Lo mercant, en ausiguèn parlar de son amic, l’emocion l’aura tuat !.,, » Dintrat al sèu ostal, partejèt entre los sèus los presents prometus, pèi se dirigit cap a la gàbia e diguèt a son esquiròl :
- mon amic : ai vit camaaradas e lor ai raportat t’as pròpas paraulas.
Ailàs, l’un d’elsès, bêlèrent ton fraire, es tombàt rède mòrt en apprenant que tu viviòs din una gàbia.
Sus aquèlses motz l’animal gisclèt, btèt de las pàtas e tombèt sus l’esquina los elhs barrats.
- Cocin s’escridèt lo mercant . Es aqui mòrt a son tor ! Jamai n’auriòi crejut los esquiròls tant sensibles.
Auriái melhor far de ps m’aquitar d’aquela comission que à provocada la mòrt d’aquelas dos polida bestias.
Çò disen attrapa lo sèu per una pàta, lo sòrt de sa gàbia e lo geta defòra.
Mas tant lèu que sentiguèt alarguàt, l’esquiröl s’en anèt e prenguèt Lo camin de Quissac.

Version française :

L’Ecureuil et le Marchand de noix
Un marchand devait aller acheter des noix du côté de Quissac. Il demanda à ses parents et amis quels souvenirs ils désiraient leur porter. 11 allait se mettre en route quand son écureuil lui cria :
« Bon voyage ! » Le marchand s’approcha de la cage et dit à l’animal :
—  Grand merci, mon ami, j’allais oublier de te faire mes adieux... Puisque je vais voir ton pays natal puis-je t’en rapporter quelque chose qui te fasse plaisir ?
- Je ne désire absolument rien, répondit l’animai. Mais si vous apercevez dans la forêt quelques- uns de mes camarades, veuillez leur dire que je ne les oublie pas, que je leur envoie mes sincères compliments et que mon plus grand bonheur serait de les aller voir, si l’un d’eux m’indiquait un moyen de sortir de ma cage !
Le marchand se mit à rire bruyamment et promit à l’animal de faire sa commission...
Arrivé à Quissac, il s’occupa activement de ses affaires et les conclut avec son habileté coutumière, pour son plus grand profit. Il était sur le chemin du retour lorsque traversant un bois, il vit un écureuil . Il se souvint de ce qu’il avait promis au sien et s’arrêta pour lui transmettre le message.
Comme il achevait de parler, l’un des animaux tomba de l’arbre et resta allongé sur le sol, les yeux clos. « Pauvre bête, songea le marchand, en entendant parler de son ami, l’émotion l’aura tué !... » Rentré chez lui, il partagea entre les siens les cadeaux promis, puis il se dirigea vers la cage et dit à son écureuil :
- Mon ami, j’ai vu tes camarades, et je leur ai rapporté tes propres paroles. Hélas ! l’un d’eux, ton frère peut-être, est tombé mort en apprenant que tu vivais en cage.
A ces mots, l’animal poussa un petit cri, battit des pattes et tomba sur le dos, les yeux clos.
- Comment, s’écria le marchand, le voilà mort à son tour ! Je n’ai jamais cru les écureuils aussi sensibles. J’aurais mieux fait de ne point m’acquitter d’une commission qui a causé la mort de ces deux jolis bêtes .
Ce disant, il saisit le sien par une patte, le sortit de sa cage et le jeta dehors. Mais dès qu’il se sentit lâché, l’écureuil s’en alla et prit la direction de Quissac.

Jean MOULINIER.

(1) Conte recueilli au mas de Chaupet, à Espédaillac.