L’Esclopièr del Diable

, par Sylvie Casteran

Conte reculhit per Jean Moulinier
Revirat pel Claudi Vertut

L’esclopièr del diable

Un còp èra i aviá un òme qu’aviá dotze dròlles. Una annada la grèla li carrejèt tota la recòlta. Un matin, se vejèt sans lo sòu, sans un croston dins lo tirador. Dabans lo fuòc lus dotze pichons ploravon de fam. Dabans tant de dificultat, refusent de veire morir sos efants de fam, decidèt de se penjar. Empruntèt una còrda a sa vesina, e la còrda sus l’espatla, s’engulhèt al mèt deis bòsces, per cercar un albre en vista d’accomplir son funèste projèct. Jos negre ombratge, un garric espandissiá sas bròcas. A la pus fòrta, escaca la còrda. Puèi, dabans lo nos corredor s’assèta dins l’èrba e plora. Tot regretent las milhoras annadas de sa vida. Tot d’un còp un grand Mossur se presentèt a el, e li damandèt çò qu’aviá a plorar atal. Lo paure òme diguèt sas razons, l’ostal plen de dròlles, lo tirador sans pan, e el, aimava milhor se penjar, que de viure des jorns parelhs.
- Se penjar, li diguèt lo Mossur, l’idèia me sembla fòla. Conéissi quauqu’un que vos donariá de bona graça l’argent que poiriatz desirar.
- E qual es ?
- Ieu mèma. Vos caldriá abandonar vòstre dròlle lo pus jove.
- As pas que sièis meses.
- Caldrá lo me balhar a l’atge de sèt ans.
Lo paure òme devinèt ben a qual triste personatge aviá afar. Mès caliá ne passar empraquí o morir. E, siès ans e mièt … valiá mai passar pel mercat del pus jove. Alèra, lo mossur lo preguèt de signar un billet e li donèt autant d’argent que desirava.
De retorn al villatge lo paure òme zò diguèt pas a degun sonqu’a sa femna :
- Ai encontrat una bona ama que m’a randut servici.
Mès, setmana aprèp setmana, mes aprèp mès, annada aprèp annada faguèron que lo paure dròlle approchèt de sa setièma annada. Quand anava a l’escòla, i aviá totjorn quauqu’un darrièrs el, per li jitar de las pèiras. Un ser, ne parlèt a son paire que se destimborlèt, e se vejèt aublijat de ne parlar a la maire, qu’inhorava lo mercat passat dins lo bòsc. Mès quò èra convengut que li menariá son dròlle la nèt, a l’endreit ont s’èra rencontrat jol garric. Al jorn dit, li calguèt prene lo pichonet per la man. Tot caminent, vegèron de lonh un gròs fuòc entre lus albres. Un òme dabans lo fuòc trabalhava a curar d’esclòps. Lo paire e el se conessiáun.
- Eh ! Bonser, tu ! Qué diable anètz far an aquesta ora dins lo boès ?
- Oh, çò que veni far ? Veses lo pition ? L’ai vendut al diable.
L’esclopièr avisèt lo paure òme.
- As fat un polit còp. Lo diable, lo conéssi un pauc. Lo bosc es a el e sui son esclopièr. Diu venir me veire tot ara. Daissa-me lo pichon e vai-t-en chas tu.
Lo paure òme aviá paur que li arrivèsse quauque malhur s’anava pas jol garric. Mès l’esclopièr lo rassegurèt. Lo paure òme aviá pas disparegut que le ped forcut èra déjà aquí. Juste le temps de rescondre lo pichon jos una pila de clapons, e de ruscas. Còp sèc lo diaple èra aquí.
- Eh ben, esclopièr ! Trabalhèm ?
- Trimèm bravament e ganhèm gaire.
- Es pas content ?
- Oh non ! E se sui pas augmentat, vòli pas far maites esclòps per vos.
- Mon argent a la valor de plan causas, m’es avís.
- Damandi pas una fortuna, mèstre, tenètz, donatz me aquela pila de rusca e tot çò que pòt li se téner (?).
- Que que siasque zò te balhi.
- Alèra, zò me donatz ? Signatz me un tròç de papièr per far fi de la causa.
Lo diable zò fèt sens cap de dificultat. L’esclopièr agacha lo papièr, lo plega, lo renga, e se vira del pam de la pila de rusca :
- E alèra, pichon, sòrt ! Gara, es a ieu.
E lo pichon sòrt, lus pials acatats de clapons de boès.
- Esclopièr ! M’as joat un brave torn ! S’ai pas pogut aver lo pichon, saurai ben t’aver un autre còp, vièlha canalha !

E cric e crac, aital foguèt salvat, lo conte es acabat.

Conte reculhit al Mas del Saltre, a Nuzejól (?)

Le Sabotier du diable

Il y avait une fois un homme qui avait douze fils. Une année la grêle lui emporta toute la récolte.
Un matin il se vit sans un liard dans sa bourse, sans un crouton dans le tiroir.
Devant le feu les douze petits pleuraient de faim. L’ennui ayant pris cet homme il décida de se pendre, ne voulant pas voir mourir de faim ses enfants. Il emprunta une corde à sa voisine et, la corde sur l’épaule, il s’enfonça au milieu des bois, cherchant quelque arbre propre à son dessein. Un chêne étalait ses branches sous le noir ombrage ; à la plus forte il attacha la corde. Puis, devant le nœud coulant il s’assoit sur l’herbe et pleure, regrettant les meilleures années de sa vie.
Soudain un grand Monsieur s’est présenté à lui, qui lui a demandé ce qu’il avait pour pleurer ainsi. Le pauvre homme a dit ses raisons : la maison pleine d’enfants, le tiroir sans pain, et lui aimait mieux se pendre que de vivre des jours pareils.
- Se pendre, a fait le Monsieur, l’idée me parait folle ! Je connais quelqu’un qui vous donnerait de bonne grâce l’argent que vous pourriez souhaiter.
- Et qui donc ?
- Moi-même, Il faudrait que vous fassiez l’abandon de votre enfant le plus jeune.
- Il n’a que six mois.
- Vous me le livrerez quand il aura sept ans d’âge.
Le pauvre homme a bien deviné à quel triste personnage il avait affaire. Mais il fallait passer là ou mourir. Et six ans et demi ... mieux valait faire le marché du plus jeune.
Le Monsieur, alors, l’a prié de signer un billet et lui a donné autant d’argent qu’il a voulu.
Revenu au village, le pauvre homme n’a rien dit à personne, sauf à sa femme :« J’ai rencontré une bonne âme qui m’a rendu service ».
Mais une semaine ajoutée à une autre semaine, un mois à un autre mois, un an à un autre an, firent que le pauvre garçon approcha de sa septième année. Quand il allait à l’école, quelqu’un derrière lui, toujours lui jetait des pierres. Un soir il en parla à son père qui se troubla et se vit contraint de tout confesser à la mère qui ignorait le marché passé dans le bois

Or, il était entendu qu’il amènerait son enfant la nuit, à l’endroit où avait eu lieu la rencontre, sous le chêne.
Au jour dit, donc, il lui fallut prendre le petit garçon par la main.
Comme ils marchaient à l’aventure, ils aperçurent de loin entre les arbres un grand feu. Un homme devant la flamme travaillait à creuser des sabots. Le père et lui se connaissaient.
- Hé, bonsoir, toi ! Que diable viens-tu faire dans le bois à pareille heure ?
- Ho, ce que je viens faire ! Tu vois le petit ? Je l’ai vendu au diable.
Le sabotier dévisagea le pauvre homme.
- Tu as fait un joli coup.
Le diable, je le connais un peu, le bois est à lui et je suis son sabotier. Il doit venir me voir tout à l’heure. Laisse-moi le petit et va-t- en chez toi.
Le pauvre homme avait peur qu’il ne lui arriva quelque malheur, s’il n’allait sous le chêne. Mais le sabotier le rassura.
A peine le pauvre homme avait-il disparu que, d’un autre côté il vit venir le pied fourchu.
Juste le temps de cacher le petit sous un tas de copeaux, de déchets, d’écorces. A l’instant le diable était là.
- Eh bien, sabotier, on travaille ?
On peine beaucoup, et on ne gagne pas même l’eau que l’on boit.
- Tu n’es pas content ?
- Oh non. Et si vous ne m’augmentez pas, je ne veux plus faire de sabots pour vous.
- Mon argent à la valeur de bien des choses, ce me semble.
- Je ne demande pas une fortune, maître ; tenez, donnez-moi simplement ce tas de déchet et tout ce qui peut s’y trouver.
- Qu’à celà ne tienne. Je te le donne.
- Bon, vous me le donnez : Signez-moi un bout de papier qui fasse foi de la chose.
Le diable s’exécute sans faire aucune difficulté. Le sabotier examine le papier, le plie, le met dans sa poche, se tourne vers le tas de copeaux : .
- Eh bien ! sors petit, tu es à moi, maintenant.
Et l’enfant apparaît, les cheveux remplis d’éclats de bois.
- Sabotier, tu m’as joué le tour. Si je n’ai pu avoir le petit, je saurais bien t’avoir une autre fois, vieille canaille.
JEAN MOULINIER,
de la Société des Etudes du Lot.

Conte recueilli au mas del Saltré, à Nuzéjouls.